Droits de télévision: la Ligue de football professionnel lance son appel d’offres sans le lot BeIn Sports – clicfoot

Categories

Droits de télévision: la Ligue de football professionnel lance son appel d’offres sans le lot BeIn Sports

Droits de télévision: la Ligue de football professionnel lance son appel d'offres sans le lot BeIn Sports

La LFP ne souhaite pas affaiblir un peu plus le football français en le privant des seules recettes télévisées qui lui restent pour faire face à la défaillance de Mediapro.

Acculée par Canal+, la Ligue de football professionnel (LFP) a remis en vente, mardi 19 janvier, les droits télévisés du championnat de France de football de Ligue 1 et de Ligue 2, après le retrait de l’espagnol Mediapro. Dans ce nouvel appel d’offres éclair – les candidats ont jusqu’au 1er février pour se faire connaître –, elle propose quatre lots pour la Ligue 1.

Le lot A comprend un match « par journée de championnat, dont dix matchs de premier choix », et le grand magazine du dimanche, selon le communiqué publié dans la soirée du mardi 19 janvier. Le lot B inclut sept autres matchs par week-end et la possibilité de choisir 38 rencontres de deuxième choix sur toute la saison, ainsi que deux magazines. Dans le lot C, on trouve trois multiplexes et le Trophée des champions, ainsi que deux matchs de barrage. Et, enfin, dans le dernier lot, les magazines en semaine.

Jusqu’à la fin de la saison 2023-2024

Jusqu'à la fin de la saison 2023-2024

Dans un second appel d’offres, elle a rassemblé deux lots comprenant 80 % de la Ligue 2. Sur le même sujet : Brexit, nouveau tremblement de terre pour le mercato et le football français? "Le dernier coup de hache". Les gagnants de ces appels d’offres pourront diffuser le football français entre le 5 février et la fin de la saison 2023-2024.

Contrairement aux desiderata de Canal+, la LFP a décidé de ne pas inclure les matchs actuellement détenus par BeIn Sports, et sous-licenciés à la filiale de Vivendi pour 330 millions d’euros par an. Canal+, qui diffuse une rencontre le samedi soir, et une autre le dimanche après-midi, voulait les rendre à la Ligue. Mais cette dernière ne souhaite pas affaiblir un peu plus le football français en le privant des seules recettes télévisées qui lui restent, et qui lui servent notamment à rembourser les 120 millions de prêts contractés auprès de JP Morgan pour faire face à la défaillance de Mediapro. Elle a donc refusé, arguant que l’ex-chaîne cryptée devait s’adresser à BeIN Sports, son cocontractant.

Outre Canal+, au moins un nouvel entrant pourrait venir pimenter l’affaire. Amazon, qui a déjà acheté 20 matchs de football du championnat anglais et des rencontres de Bundesliga en Allemagne, pourrait s’y intéresser. Après des contacts non concluants en octobre, le géant de la distribution en ligne suit de près ce qu’il se passe à la Ligue, avec laquelle il aurait repris langue. Vendredi dernier, une source proche du dossier assurait au Monde que le groupe regarderait « le nouvel appel d’offres [s’il] proposait des lots de matchs précis ».

L’appel d’offres sera-t-il attaqué en justice ? « Canal+ contestera devant les autorités compétentes, en particulier les tribunaux judiciaires et l’Autorité de la concurrence », toute procédure excluant les matchs de BeIN Sports, indique un courrier du 13 janvier adressé par le patron de Canal+, Maxime Saada, à Vincent Labrune, le président de la Ligue, et consulté par Le Monde. La filiale de Vivendi explique que cette consultation du marché pourrait revêtir un caractère discriminatoire, son lot ayant un prix « artificiellement élevé ».

Le moment critique arrivera le 5 février

Dans cette affaire, la position de BeIN Sports reste obscure. Ainsi, Canal+, qui prévoyait que Mediapro n’irait pas au bout de son contrat, avait signé en 2019 une clause, lui permettant de rompre son accord de sous-licence avec le Qatari, et ce dans l’hypothèse d’un nouvel appel d’offres. Cette clause qui, selon plusieurs sources, n’avait pas été communiquée à la LFP, contrairement à ce qui aurait dû être fait, est-elle si facilement exerçable ? Jusqu’à ces derniers jours, le groupe présidé par Nasser El-Khelaifi ne souhaitait pas que Canal+ lui rende ces matchs chèrement acquis en 2018.

Il n’a pas non plus fait de démarche officielle auprès de la Ligue pour remettre en cause son contrat, même s’il a suggéré aux équipes de la LFP de jouer « la solidarité » avec Canal+ en plaidant la restitution du lot.

Mais la Ligue lui a fermé la porte, et à ce jour, BeIN Sports reste titulaire de ses deux matchs. Pour Nasser Al-Khelaïfi, qui est également président du PSG, la situation est délicate. Casser son contrat reviendrait à plonger dans l’abîme les 40 clubs du football français, déjà fragilisés. L’heure de vérité sonnera le 5 février prochain, date à laquelle la LFP est censée percevoir le prochain paiement de ses diffuseurs.

En attendant, le championnat ne risque pas l’écran noir. Mediapro a écrit à la LFP pour lui proposer que sa chaîne Telefoot, qui devait s’éteindre le 31 janvier prochain, poursuive la diffusion des matchs « au moins jusqu’à la fin de la saison, pour laisser à la Ligue le temps de trouver un accord avec un autre diffuseur ».

Prestations de service

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap