Categories

Football: 4 ans après sa chute, le Sporting Club de Bastia revient dans le monde professionnel

Football: 4 ans après sa chute, le Sporting Club de Bastia revient dans le monde professionnel

Ils l’ont fait. Le SCB a réussi, après trois adhésions successives, à déjouer toutes les attentes. L’année prochaine, les Bleus, à l’aube de 2017, joueront en L2. Un exploit que ses partisans ont célébré malgré le couvre-feu.

«Celui-ci, l’accession, ne ressemble à aucun autre», sourit Romain, sa plus jeune fille sur ses épaules, enlacée dans un drapeau à tête maure. « Une chose est sûre, on s’en souviendra plus que les autres. »

La quarantaine a grimpé sur le petit mur du fast-food qui fait face à Armand Cesari. Autour de lui, des amis. Et puis des hommes, des femmes, de tous âges. Qui n’a pas osé rester à la maison une nuit comme celle-ci?

Renaissance

Renaissance

Personne, depuis le coup de sifflet final du match Orléans-Villefranche (1-3), n’a une seule fois parlé de «Covid», de «couvre-feu» ou d ‘«AstraZeneca». Autrement dit, si ce n’est pas une soirée comme les autres. Les mots qui reviennent, inlassablement dans toutes les conversations, parmi la foule de supporters présents devant le stade, sont «adhésion», «L2». Et puis un autre aussi: «Immortels».

Le Sporting Club de Bastia, à l’été 2017, était en respiration artificielle. Accablé sur les plans sportif, financier et judiciaire. Et le monde du football n’a pas donné beaucoup de peau.

Il faut dire que le N3 est le type de purgatoire dont on ne revient pas. Et pourtant le Squeubeu a enchaîné les montées. Et la saison prochaine, il reviendra en L2. Et le monde professionnel.

Effervescence

Devant le portail qui empêche l’entrée d’Armand Cesari, il y a une centaine d’accaniti, bonnet pointu sur la tête, écharpe autour du cou et masque dans la poche, qui sautent, chantent, tombent dans les bras, dans le rougeâtre Couleur. A voir aussi : Football: contre Manchester City, le PSG n'a pas fait d'équipe. lumière des bombes fumigènes.

Au loin, nous entendons des voitures dévaler les quatre voies en klaxonnant furieusement. À la tombée de la nuit, la zone commerciale entourant le stade sportif n’a pas connu autant d’excitation depuis longtemps.

& # XD;

& # XD;

Claude Ferrandi, qui a succédé au Sporting à l’été 2017, est sorti pour dire quelques mots aux supporters présents, accueillis par « Président, président, président! » assourdissant. & # XD;

« C’est génial, c’est un sentiment de joie très fort. C’était difficile cette saison, nous étions tous frustrés de ne pas pouvoir communiquer avec nos fans, et c’était une grande tristesse pour nous. Aujourd’hui, voir cela est un vrai souffle de fraîcheur. » air « .

A voir aussi :
Les derniers articlesDemi-finale de Ligue des champions: le PSG s'effondre et perdFootball:…

Trois adhésions en trois ans

Le président du club retourne dans les salons du premier étage de la tribune nord, où les joueurs, leurs familles et le staff l’attendent. Voir l'article : Nacional 2: Anelka deja FC Hyères. Tous réunis dans l’après-midi pour suivre le match entre Orléans et Villefranche.

Un match très important, qui pourrait garantir l’entrée du SCB en L2, malgré les matchs qui restent à jouer, du fait de l’avantage du club insulaire sur ses poursuivants. C’est ce qui s’est passé. Peu après 19h30, l’arbitre siffle la fin du match sur la victoire 3-1 de Villefranche sur la pelouse d’Orléans.

Avec 11 points d’avance sur la troisième, SCB est sûr d’avoir sa place en L2 la saison prochaine.

© FFF

Désormais, SCB, premier, et Quevilly, deuxième, sont mathématiquement intouchables.

Les Bleus, qui ont connu une saison exceptionnelle devant les tribunes vides, en raison de l’épidémie de Covid, ont savouré ce moment. Le club signe une troisième adhésion en trois saisons, un véritable exploit.

Les supporters, pour leur part, ont continué à célébrer le retour de leur club dans le monde professionnel, au centre de la ville, comme le veut la tradition. La procession était moins étendue que les précédentes et durait moins. Mais le cœur était là.

Au bas du boulevard Paoli, trois livreurs à domicile, assis sur leurs scooters alignés, regardent le défilé. Habituellement, la nuit, la ville leur appartient. Toute cette animation semble les ravir à son point culminant.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap