Football: les clubs de la Sarthe s’inquiètent après la fin du championnat amateur – clicfoot

Categories

Football: les clubs de la Sarthe s’inquiètent après la fin du championnat amateur

Football: les clubs de la Sarthe s'inquiètent après la fin du championnat amateur

Quel avenir pour le sport amateur et les petits clubs sarthois? Début mars, la fédération française de handball a annoncé la fin définitive de la saison de championnat amateur. Vendredi dernier (19 mars), c’était le basket. Il y a plus de 10 000 joueurs dans la Sarthe pour ces deux sports (7 000 pour le basket et 3 500 pour le handball). Et cette semaine, la FFF a fait de même.

155 clubs paralysés dans la Sarthe

155 clubs paralysés dans la Sarthe

Tous les championnats de football amateur sont officiellement fermés. Cela fait presque deux saisons blanches pour les 155 petits clubs de football du Sarthois et ses 23 000 licenciés. Mais c’était prévisible, estime Joël Bruneau, président du club Suze: «Je ne voyais pas comment on pouvait faire autrement car nous, avec le couvre-feu, nos seniors ne s’entraînaient déjà que le samedi. A voir aussi : Football: l'entraîneur du Stade Rennais Julien Stéphan a démissionné. Au début, nous avions une vingtaine de garçons, mais à la fin de la semaine dernière, ils n’étaient plus que six. Les gars ont complètement abandonné. « 

Jérôme Mogis, le président du club Guécélard, qui compte 20 équipes et 300 licenciés, est également sombre, craignant de perdre des bénévoles. «Aujourd’hui, parmi les éducateurs, les managers et les personnes impliquées dans la vie du club, il y en a environ 80 à convertir pour faire fonctionner les équipes. Mais je suis très inquiet. Les gens ont pris d’autres habitudes et j’ai peur de ne pas les retrouver dans la reprise. « 

Comment garder le lien sans jouer?

Les dirigeants de club par peur de perdre licenciés et bénévoles, l’enjeu est de maintenir le lien, explique Jérôme Mogis: «C’est un vrai problème et ce n’est pas simple du tout. On réfléchit à des actions. Bien sûr, il y a le site internet , les réseaux sociaux, mais cela ne suffit pas pour relancer une dynamique ».

Le président de La Suze avoue être impuissant et un peu perdu: « Je suis président depuis 35 ans, je suis complètement perdu. Je m’en fiche, je manque d’idées et personne ne l’a fait. Comme aujourd’hui. Hui, on ne peut pas. » se réunir avec plus de six, on ne peut rien faire ».

Les finances du club se sont affaiblies

Joël Bruneau s’attend à perdre 30% de ses licenciés, soit près d’une centaine de joueurs. De nombreux clubs prévoient de faire un geste sur le nombre de licences pour encourager les joueurs à rester, mais cela risque d’affecter des finances déjà fortement fragilisées, comme l’a expliqué le président de l’Overlord Club.

«Mon gros revenu était le goûter, le tournoi partenaire et les événements que nous avons pu organiser mais là, je n’ai rien eu depuis deux ans. Par contre, nous avons l’assurance bus à payer, les éducateurs à payer Comme les sponsors, jusqu’à ce que j’aie honte d’aller les chercher, ils me disent « tu n’as pas besoin d’argent, tu ne joues pas! »

Dans ce contexte difficile, la Ligue des Pays de la Loire doit rencontrer les districts lundi prochain pour étudier les mesures qui seront mises en place pour aider les clubs.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap