Football: malentendu – clicfoot

Categories

Football: malentendu

Football: malentendu

Supporters lors du championnat de France 1964 (PRESSE SPORTS)

Publié le 5 février 2021 à 21:41

À première vue, les deux événements qui ont secoué le football français cette semaine n’ont pas grand chose à voir l’un avec l’autre. En fin de semaine dernière, quelques dizaines de supporters de l’OM irrités par la mauvaise performance de leur équipe ont violemment envahi le centre d’entraînement du club. Jeudi soir, la Ligue de football a conclu avec Canal + un accord de remise sur la reprise des droits de diffusion télévisée pour la saison en cours, après le fiasco de l’accord conclu avec la société Mediapro.

Le lien entre ces deux actualités? Une question existentielle: le football est-il toujours un sport populaire? Bien sûr, c’est toujours le plus pratiqué sur toute la planète. Ses événements emblématiques, la Coupe du monde, la Coupe des nations en Afrique ou en Europe, la Ligue des champions continuent de mobiliser le public. Mais la violence inexcusable des supporters de l’OM reflète le malentendu grandissant, à Marseille comme ailleurs, entre la base populaire incontournable de tout club qui se respecte et les propriétaires, souvent des fonds de pension, dont le projet sportif reste majoritaire. Temps impénétrable pour l’amateur moyen, en tout cas bien caché derrière des ambitions financières. Ce grand écart ne date évidemment pas d’hier. Gentrification des stands, commerce des box, délires sur le marché des transferts, produits dérivés, etc. : la mécanique est connue. Mais la crise sanitaire et les images de stades vides ont jeté une lumière crue sur la perspective déprimante de jouer au football dans sa bulle, avec des bandes sonores enregistrées pour maintenir l’illusion populaire.

Derrière le jeu télévisé du poker se cache une préoccupation similaire: la folie publique n’est plus ce qu’elle était. Les raisons sont sportives (peu d’intérêt pour le championnat de France), économiques (environ 80 euros par mois pour s’abonner aux chaînes, c’est rien), sociales (évolution de la consommation télévisuelle). Stades temporairement privés de public, rejet des émissions télévisées: le football n’est peut-être pas encore au point mort, mais c’est dans un coin impopulaire qui devrait vous obliger à penser à votre avenir. Et accuser le seul Covid serait de rentrer en contact.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap