Football: MHSC, peine capitale – clicfoot

Categories

Football: MHSC, peine capitale

Football: MHSC, peine capitale

Trop vite réduit à dix, privé de Mollet blessé dans la foulée, le MHSC ne pouvait rien attendre de leur déplacement à Paris (défaite 4-0).

Quand rien ne fonctionne, rien ne fonctionne. Ce banal de la série noire, le HSC de Montpellier n’a pas eu besoin de se rendre à Paris pour le vérifier à nouveau. Piégé dans une séquence de six matchs sans victoire, privé de Delort (lire ailleurs) mais aussi de Ferri, il n’avait pas grand-chose à perdre face à une telle armada et plutôt beaucoup à gagner dans sa quête de récupération. Il aura enfin quitté la capitale avec une défaite de plus, une valise pleine comme à chaque fois qu’il est allé à Paris ces derniers temps, et surtout le sentiment de ne jamais avoir pu jouer sur un pied d’égalité, réduit à dix plus tard. vingt minutes.

Et comme si cela ne suffisait pas, il surveille ce matin la santé de Florent Mollet, blessé, après avoir perdu Delort pendant plusieurs semaines. Quand rien ne va bien …

C’est fini ⌚️Dans des circonstances extrêmement difficiles et étant réduit à 10 pendant plus d’une heure, Montpellier a eu du mal malgré tout. Le score est élevé, mais maintenant nous devons nous concentrer sur la prochaine réunion #MHSCRCL #PSGMHSC 4⃣-0⃣ pic.twitter.com/pKiSKHJrWy

Ne retirez pas de points au PSG, à la rigueur, avait envisagé le MHSC. Ce qu’il ne pouvait cependant pas prévoir, c’est qu’il devrait jouer plus d’une heure contre dix et concéder le score initial de Mbappé (34e) à neuf. Chotard n’a donc pas pu entrer parce que Mollet venait de quitter le terrain, a déclaré Der Zakarian après un contact avec Neymar « avec une entorse à la cheville ».

Trois minutes fatales

Trois minutes fatales

Un fait, un de plus après l’expulsion logique quinze minutes avant Omlin pour pendaison de Mbappé (19e). Comme un coup à la tête des habitants de l’Hérault qui, de leur côté, n’auront jamais vu Neymar averti pour sécher sa semelle sur le tibia du Mollet (14º). Lire aussi : Football : près de deux mois après sa dernière victoire, Nîmes s'impose sur la pelouse de l'OM (2-1).

Montpellier ne joue pas dans le même monde que le PSG, c’est sûr. Mais si, en plus, l’arbitrage laisse interférer ce sentiment de double poids, le défi devient insurmontable et la peine de mort, avec trois buts encaissés entre 60 et 63 minutes (Neymar, Icardi et Mbappé).

Cependant, le MHSC avait pris de l’avance sur le parc avec un plan clair. Pas Mavididi, mais deux lignes sur quatre, Sambia devant Souquet à droite et Ristic devant Congré à gauche pour bloquer Mbappé ou Di Maria, tandis que Hilton relance. Son idée s’est évanouie avec l’expulsion d’Omlin.

Difficile à submerger. Comme Dimitry Bertaud, pris dans ce cauchemar avec les gardiens, ou Gaëtan Laborde, il a fait ce qu’il a pu. Mais à l’instar de l’ex-Girondin, vainqueur de la grande majorité de ses duels aériens mais pas assez habile une seule fois dans l’Hérault (42e), il n’a jamais pu inverser la tendance. Et les entrées Wahi ou Mavididi n’auront rien changé.

Depuis sept matches infructueux, le MHSC a « ramé » hier Der Zak, en combattant les vents contraires. Hier, ils ont trop soufflé. Samedi sera Lens à La Mosson, sans Omlin, Delort, Savanier et peut-être Mollet.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap