Football: Nîmes Olympique, anger roars – clicfoot

Categories

Football: Nîmes Olympique, anger roars

Football: Nîmes Olympique, anger roars

Le club du Gard est en crise. Début octobre 2020, au lendemain de la victoire du derby contre Montpellier, les Crocos étaient 13e du championnat de Ligue 1 avec 8 unités en 6 jours. Trois mois plus tard, à mi-parcours, ils sont derniers avec 4 misérables points pris dans les 13 suivants …

1. La fronde des supporters

1. La fronde des supporters

Exaspérés par une équipe qui défend mal (20e défense) et qui ne marque plus (19e attaque), par un entraîneur qui n'a toujours pas trouvé la solution et par un président qui ne répond pas, un peu plus de 150 supporters ont répondu à l'appel des deux principaux groupes de Nîmes, les Gladiateurs et les Nemausus. Ceci pourrez vous intéresser : Dimanche, la coupe de France de football aura un goût amer pour les clubs du Finisterre.

Aux sons et aux lumières des pétards, de la fumée et des roquettes, ils ont crié leur colère et "Arpinon et Assaf démissionnent!" lorsque le bus crocodile arrive à Costières, dans la soirée du samedi 9 janvier. Contrairement à ce que certains prétendent, l'entraîneur n'a pas été gravelé. "Ils ont tout à fait raison, admet Renaud Ripart, enfant du club. Il faut être clair: si les matchs n'étaient pas à huis clos, cela aurait fait longtemps que ça n'aurait pas pété dans le stade. Mais nous aussi nous sommes en colère. , nous ne sommes pas satisfaits de ce que nous produisons. "

Jérôme Arpinon les comprend aussi: «Ils ne peuvent pas nous siffler au stade et ils ont exprimé leur colère samedi. Mais en même temps, ils expriment aussi leur amour pour le club. Cela nous touche parce que ce club, qui est atypique et qui a beaucoup de passionnés, on l'aime autant qu'eux, et on va tout faire pour le sauver et le garder en Ligue 1. Le public nous manque. Je suis convaincu qu'avec 10 000 supporters contre Lille, on aurait égalisé. "

2. La réponse des joueurs

Les défaites à Lorient (0-3) et à Strasbourg (0-5) ont été plus que préoccupantes collectivement et individuellement. Celui contre Lille (0-1) est presque rassurant. Lire aussi : Frédéric Thiriez: "Le football traverse la crise la plus grave de son histoire". A l'issue de la rencontre, au micro de Canal + Sport, Lucas Deaux a eu des mots forts, et pas seulement parce qu'il a plaidé coupable sur le but de Yilmaz: "Quand tu as un groupe de 25 joueurs, que tu travailles tous les jours et vous recevez des rafales de critiques parce que vous êtes les derniers … Il ne faut pas faire croire aux gens que nous sommes stupides et que nous prenons plaisir à cette situation Le fil est mince entre la confiance et l'échec collectif. La clé est de garder la tête haute, regardez en avant et tout faire pour rester dans le peloton de tête pour la ville, le club et nous, joueurs si nous voulons continuer à avoir une carrière à ce niveau ".

Ripart a réuni ses coéquipiers dans le cercle central au coup de sifflet final et les a exhortés à "garder cet état d'esprit". Zinedine Ferhat, l'un des meilleurs de Nîmes, a une nouvelle fois pris plaisir à jouer. Bien entendu, tout cela reste insuffisant. "Il n'y a pas de défaite encourageante. De toute façon, on n'a pas pu faire pire qu'à Strasbourg, reprend Ripart. On a marqué 4 buts en 4 mois dont deux pénalités (en 2 mois en fait), on manque de confiance dans les 30 derniers mètres, on ne finissons pas nos actions. Il faut s'accrocher, combattre cette spirale négative, avec un clic, un but, un nul, une victoire qui va nous permettre de reprendre confiance petit à petit. croit mais football, ça ne se joue pas qu'avec le pieds, mais avec la tête aussi… "

La «timidité» d'un Niclas Eliasson (9 départs, 0 but, 0 passes décisives) ou d'un Lamine Fomba est évidente. Les Crocs ont pris du retard et commencent un long chemin. Mais comme un Anthony Briançon ou un Sofiane Alakouch qui s'est retrouvé avec des crampes samedi, personne ne veut abdiquer. Tout comme Deaux, Birger Meling ou Andrés Cubas, qui trouvent leur rythme et vont prendre de l'ampleur. Sortant la tête haute, les Crocodiles ont annoncé à leur entraîneur dans les vestiaires qu'ils «feraient un résultat à Marseille» samedi prochain. De quel acte.

3. Mots forts des entraîneurs

«Ils ont eu une réaction masculine, apprécie Arpinon. On a peut-être fait plus de mal à Lille que ce que Lille nous a fait. Je suis content du contenu. A voir aussi : Football: le Parlement s'attaque à la diffusion illégale. Maintenant, il nous manque les points. "Régularité et continuité aussi. Un match prometteur (Saint-Etienne, Lille), trois échecs, ça n'aidera pas beaucoup!

Son homologue lillois, Christophe Galtier, a connu des saisons difficiles, notamment un maintien in extremis avec le Losc il n'y a pas si longtemps (2018, grâce à trois victoires consécutives avant la dernière journée), et une descente en National comme ce joueur avec… Nîmes: "C'était en 1994-1995, et ce n'était pas un bon moment. J'ai de bons souvenirs du club, même si la saison avait été compliquée. La situation actuelle est très difficile, mais pas irréversible. Être privé de son public ne le fait pas. les aider car pour l'adversaire, jouer en plein Costières, c'est autre chose! J'ai dit à Jérôme Arpinon qu'il faut toujours y croire, mettre beaucoup de conviction et d'exigence, et ne jamais abandonner. Nous, à Lille, il avait basculé la bonne direction. Je crois que Nîmes, qui a de la qualité mais qui manquait peut-être de profondeur de banc quand elle a eu beaucoup de blessés, peut rivaliser avec quatre ou cinq formations. En haut du classement, les équipes prennent beaucoup de points, mais pas au fond. Affrontements directs sera important. «Après le déplacement au Vélodrome, l'accueil de Lorient arrivera rapidement, dimanche 24 janvier. Défaite interdite.

Situation grave mais pas désespérée

"Comme la saison dernière, nous avons eu deux mois et demi corrects, puis nous nous sommes effondrés. A voir aussi : Football : Montpellier Hérault s'incline sur sa pelouse face à Monaco (2-3). Nous avons moins de points de retard, il reste 19 matches, il faut garder espoir, les choses vont se passer", résume Ripart, promu milieu de terrain porteur du flambeau et qui pourrait demeure ainsi.

NO est à deux points du barrage (Dijon) et cinq derrière le 17e (Nantes). En 2019, à mi-championnat, les Crocos étaient à cinq longueurs du barrage (Metz, enfin 15e) et six du 17e (Amiens, relégué).

La lutte pour la maintenance se fera sans Denkey, qui a signé au Cercle de Bruges, avant-dernier en D1 belge. Nîmes espère se voir prêté un défenseur central et un élément offensif. Reda Hammache, qui n'a pas répondu à nos demandes, y travaille.

Sources :

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap