L’orientation corporelle, un élément clé du football – clicfoot

Categories

L’orientation corporelle, un élément clé du football

L’orientation corporelle est un élément extrêmement important dans le football et pourtant plus que perfectible pour de nombreux joueurs professionnels.

L'orientation corporelle est un élément extrêmement important dans le football et pourtant plus que perfectible pour de nombreux joueurs professionnels.

Dans un football moderne de plus en plus intense, où l’espace et le temps sont réduits, tout gain marginal peut être d’une importance cruciale. Ne parlant pas spécifiquement de statistiques avancées, de coups de pied arrêtés ou de préparation mentale, une simple orientation corporelle peut donner de grands avantages qui peuvent changer les règles du jeu dans un match ou même faire passer un joueur d’un niveau moyen. A voir aussi : Football: la Coupe de France est réservée aux amateurs. Savoir diriger son corps pour gagner les petits centièmes de seconde qui feront une grande différence est donc crucial pour tout footballeur. Et cela dans toutes les situations de jeu.

Suite à cette annonce

Une bonne orientation du corps permet d’être plus efficace dans la réception du ballon, lors de la phase de pression, pour défendre les lignes de passes, pour couvrir l’espace dans le dos et plus généralement en duels. Concentrez-vous sur un aspect du jeu encore trop sous-estimé.

Lorsque vous pensez à l’orientation corporelle au football, vous pensez presque automatiquement au contrôle orienté. «Quand le contrôle ciblé est réussi, c’est merveilleux! Parce que lorsque vous éliminez votre rival direct dans votre contrôle orienté, derrière, vous avez tout le champ libre », explique Zinedine Zidane.

Quand on parle de contrôle orienté, le plus important est de pointer le ballon dans la bonne direction qui n’est pas forcément dans la direction du but mais là où se trouve l’espace libre. Paradoxalement, sous la pression des adversaires, vous pouvez trouver un espace libre d’où vient la passe (et vers votre but). Parfois, l’espace sera sur le côté, parfois derrière vous. Par conséquent, pour réussir le contrôle ciblé, il faut d’abord détecter où se trouve l’espace libre avant même de recevoir le ballon.

Pour ce faire, la position idéale du corps est aux 3/4 de la passe. Ou une position où le joueur peut voir ce qui se passe derrière son dos lorsqu’il reçoit le ballon. Il y aura toujours un angle mort sur votre dos, mais il sera réduit par rapport à une position de base dans le bus. L’astuce consistera donc à orienter le corps là où se trouve l’espace libre et où l’angle mort sera forcément occupé par l’adversaire.

L’orientation du corps lors de la réception du ballon.

Au cours des années 2010, la maîtrise de ces notions d’orientation du trio Xavi-Iniesta-Busquets tel que Messi dans une fausse position 9 a permis au Barça d’être une équipe insaisissable. La pratique du futsal à un âge précoce permet d’apprendre le positionnement du corps en densité pour avoir un avantage et résister au pressage alors que l’espace-temps est très faible.

Si le positionnement «3/4» est fortement recommandé, il arrive que de très bons joueurs le fassent différemment mais sur une base volontaire. C’est le cas, par exemple, de l’un des meilleurs milieux de terrain au monde, Thiago Alcantara. Le milieu de terrain de Liverpool est un véritable spécialiste en tournant complètement le dos au jeu et en invitant son adversaire à faire pression sur lui avant de changer soudainement de direction pour l’éliminer.

Plutôt que de promouvoir une position corporelle par rapport à une autre, les joueurs doivent apprendre à comprendre et à réfléchir sur la notion d’orientation corporelle. Posez-vous des questions comme « Pourquoi est-ce que j’oriente mon corps de cette façon? » Quelle est mon intention et quels sont les bénéfices de cette orientation? Quelles sont les limites? Il s’agit donc de laisser la liberté de création aux joueurs et non de les apprivoiser car le jeu n’offre presque jamais les mêmes bonnes réponses. Il faut constamment s’adapter et donc penser à des solutions au lieu d’appliquer des recettes.

Pensez au concept d’orientation corporelle.

Dans tous les cas, un mauvais contrôle après une mauvaise orientation du corps entravera directement la rétention du ballon et pénalisera la progression du joueur vers le but de l’adversaire et, par conséquent, celui de son équipe. Et un mauvais positionnement peut également pénaliser une simple réception de passe latéral. Bien que cela puisse paraître anodin, une mauvaise orientation du corps lors d’une passe latérale peut faire perdre du temps à un défenseur central mais surtout couper de bons angles de passes vers ses coéquipiers.

En cas de mauvaise orientation du corps, un défenseur devra sans doute multiplier les touches du ballon, multipliant ainsi ses chances d’être sous la pression de l’adversaire, pour trouver de bons angles de passes. Très souvent dans ces situations, il est contraint de jouer latéralement ou même en arrière pour ne pas perdre le ballon, ce qui n’aide pas la progression vers l’avant et surtout permet à l’adversaire d’appuyer plus efficacement. En revanche, une bonne position de départ et / ou un bon contrôle directionnel permettent, avec une touche du ballon, de trouver un angle de passe qui « casse » les lignes défensives adverses, ce qui permettra à toute l’équipe d’avancer dans le champ opposé et créer des opportunités.

Offrez les meilleurs angles de passage

Ce n’est pas seulement dans la phase offensive où l’orientation du corps est importante. Si l’on parle souvent d’intensité, d’endurance, de coordination et d’équilibre quand on parle de pressage, l’orientation du corps est souvent oubliée. Cependant, il a un rôle clé: celui de fermer les espaces souhaités par le rival et surtout de viser l’endroit où l’on veut qu’il attrape le ballon pour mieux l’attraper. Qu’il s’agisse de conduire le ballon pour bloquer un joueur ou de le passer à un autre joueur, l’orientation du corps des joueurs pressants oblige les adversaires à un choix limité.

Identifier le «maillon faible» adverse vers lequel une passe trouvée serait finalement une bonne chose ou forcer un défenseur à diriger le ballon lorsqu’il n’est pas à l’aise sont, par exemple, des plans de match possibles. Avec la préparation des joueurs et du personnel spécialisé pour scruter les forces et les faiblesses des équipes adverses, il devient plus facile de cibler ces maillons faibles pendant la phase de pression et d’orienter le jeu pour les contrecarrer.

En quarts de finale entre Manchester City et le Real Madrid, les Citizens avaient profité d’une erreur de Raphael Varane. Une erreur provoquée par la pression de Manchester City et plus précisément l’orientation du corps des joueurs offensifs du club anglais. Sur l’action, Kevin de Bruyne a couvert Toni Kroos et Casemiro dans l’axe, Phil Foden a coupé la ligne de passe en direction de Dani Carvajal tandis que Raheem Sterling s’est orienté de manière à gêner Thibault Courtois et Gabriel Jesus a mis l’intensité nécessaire pour forcer le défenseur français de reculer jusqu’à ce qu’il fasse une erreur.

Les solutions de Raphaël Varane étaient minimes. Il pouvait jouer avec Ferland Mendy, mais il était mal placé. Il pouvait aussi essayer de trouver Casemiro ou Kroos, mais encore une fois, il était difficile d’être sur le mauvais pied. Je ne suis pas sûr que Manchester City aurait mis la même pression sur Sergio Ramos, ou sur un autre très bon passeur de ce calibre. Le Français, souvent fiévreux lors de ces phases de jeu, a certainement été la cible.

Prenez vos repères pour faire pression sur l’adversaire et traversez les voies de dépassement

Pour défendre efficacement en tête-à-tête, il est important de ne pas se défendre du front. Se défendre de front équivaut à rester « collé » à ses supports lors de l’accélération de l’adversaire, les talons plantés au sol. En défendant de profil ou 3/4 avec le poids sur l’avant des pieds tout en fléchissant pour répondre, le défenseur peut suivre l’accélération du porteur du ballon.

Par conséquent, l’orientation du corps du défenseur implique directement l’orientation du porteur du ballon, et le défenseur choisit où il veut l’emmener. Idéalement, le défenseur ferme l’axe et conduit l’attaquant sur les côtés, lui ouvrant la porte. De même, il est recommandé d’orienter l’adversaire sur son pied faible grâce à une bonne orientation du corps qui l’empêche d’accéder au pied fort.

Tous ces attributs sont également valables pour défendre d’autres situations comme un contre deux par exemple. Orienter le corps de manière à éviter de passer pour un but facile tout en défendant le porteur du ballon est l’une des clés du un contre deux. C’est aussi une situation très cérébrale où il faut finir par faire un choix en se posant la question suivante: « Quel porteur du ballon ou second joueur voudrais-je voir terminer l’action? » Ce problème est déterminé par l’orientation du corps du défenseur qui force le porteur du ballon à terminer l’action ou à passer le ballon.

Dans cette vidéo, Virgil Van Dijk défend un contre deux contre Moussa Sissoko et Heung-Min Son. Tout au long de l’action, il couvre la passe à l’attaquant sud-coréen qui est l’un des meilleurs finalistes de la Premier League. Il reste fléchi, au cas où il devrait accélérer pour suivre Sissoko, se positionnant «3/4» pour fermer le manche et l’encourager à décentrer avec son pied gauche. Résultat final: incapable de servir son partenaire et de s’orienter de son meilleur pied, Sissoko décide de tirer de la gauche à l’extérieur du centre et rate. Van Dijk a pris une décision. Le « moins mauvais » dans cette situation allait donner à l’adversaire une chance de marquer de toute façon. Là encore la notion de réflexion a été décisive mais aussi celle de prospection (connaître les forces et les faiblesses des adversaires). Bref, il n’y a pas de bonne orientation sans une bonne réflexion préalable. Un bon auditeur!

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap