Monday’s Tack: Devrions-nous continuer à regarder le football cette année? – clicfoot

Categories

Monday’s Tack: Devrions-nous continuer à regarder le football cette année?

Monday's Tack: Devrions-nous continuer à regarder le football cette année?

CHRONIQUE. Tribunes vides, VAR complet, performances médiocres sur le terrain… Cette saison de football 2020-2021 a toute la Via Crucis pour les fans.

CHRONIQUE. Tribunes vides, VAR complet, performances médiocres sur le terrain… Cette saison de football 2020-2021 a toute la Via Crucis pour les fans.

Nous fêterons un très triste anniversaire dans quelques jours. Celle d’une année de stands vides dans les stades en France et dans la plupart des autres pays du monde. A voir aussi : Football: "Les droits télévisuels agissent comme un mécanisme de transfert de la poche des téléspectateurs à celle des joueurs". Dimanche, Roxana Maracineanu a comblé les espoirs des plus optimistes d’entre nous en déclarant, au micro d’Europa 1, que «nous ne pouvons pas parler tout de suite du calibre ou du retour du public dans les stades. Il faudra attendre… »Et pour cela, le fan ne peut se contenter que d’un canapé et d’une télévision, d’un ordinateur, d’une tablette ou de tout autre écran pour assouvir sa modeste passion.

Un an… Au final, ce n’est pas grand-chose pour l’homme ordinaire, cela semble être une éternité pour le fan de football. Le ministre des Sports a été interrogé sur l’éventualité d’un retour de certains spectateurs sur les gradins pour le match de l’équipe de France contre l’Ukraine le 24 mars. Une réponse au souhait du président de la FFF, Noël Le Graët, d’installer un spectateur à 30% au Stade de France pour cette rencontre (soit environ 24 000 personnes).

Une saison sans goût

Se dépêcher. Combien en reste-t-il pour endurer ce spectacle insipide qu’il offre depuis le début de l’année? Le public diminue, saison après saison. Le manque de ferveur dans et autour des stades nous fait oublier peu à peu pourquoi nous aimons ce sport: pour le plaisir de crier, sourire, pleurer, crier… En un mot, pour communier. Une affiche ne trompe pas, la joie de l’attaquant n’est plus la même. Elle a disparu. Maintenant, il applaudit simplement pour ses coéquipiers, souriant à la caméra. Bonjour monsieur, au revoir madame. Alors, où sont les feuillets sur le poteau d’angle? Ceux qui embrassent leur entraîneur ou quelqu’un qu’ils connaissent au premier rang d’une plate-forme? Ou ceux qui imitent l’aigle à chaque réalisation? Ou ceux qui mettent la main à l’oreille en faisant semblant de demander: « Alors, que dites-vous, mes détracteurs? » Je ne vous entends pas ! Ou la variante de l’attaquant qui met son index sur sa bouche, une façon de dire « Silence, ils ne me critiquent pas ». Même lui, il nous manque terriblement …

A LIRE AUSSI Le tacle du lundi – Bordeaux-OM: le somnifère du dimanche soir

De plus, l’absence de public dans les stands ne cesse de nuire à la qualité offerte sur le terrain. Les huitièmes de finale de la Ligue des champions ont clairement montré une baisse globale du football européen cette saison. Malgré la belle et nette victoire du PSG sur le terrain du FC Barcelone (4-1), de nombreux commentateurs ont souligné la faiblesse des Catalans et ont donc minimisé la performance. L’arrière gauche Layvin Kurzawa a lui-même admis sur le site officiel du club la semaine dernière: «C’est spécial, mais nous devons y faire face. Nous jouons comme ça depuis l’été dernier et nous attendons avec impatience son retour. Mais c’est beaucoup de les voir nous soutenir à l’aéroport notamment, lors de certains déplacements. Ils nous manquent tellement au stade et sentir leur soutien est important pour nous. Enfin, il serait malhonnête de focaliser nos critiques uniquement sur l’équipe parisienne: les sept autres affrontements de ces géants européens n’ont donné naissance – pour l’instant, il y a un retour – qu’à des services frisant la pauvreté.

Tribune vide + VAR = double pénalité

Nous ne nous attarderons pas sur la démocratisation de la VAR dans nos champs verts. Cette invention est simplement un crime commis contre le sport et les jeux d’argent, elle détruit le rôle de l’arbitre et l’espoir des joueurs et des supporters. Et en ces temps de crise sanitaire, continuer à nous l’infliger est comme une double sanction pour les supporters …

Nous devons donc simplement attendre, comme Vladimir et Estragon, des jours meilleurs. Celui du premier protocole sanitaire du test de retour dans les stands. Cela est également dû au retour des stades et des bars bondés les soirs de match. Dans lequel ce cauchemar ne sera qu’un mauvais souvenir. Ce seront donc les jours heureux des fans. «Attendre est toujours une occupation. Rien de terrible n’est attendu », répète l’écrivain italien Cesare Pavese. Espérons.

Vous lisez actuellement: The Monday Tackle: Devrions-nous continuer à regarder le football cette année?

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap