Projet Yakar: quand le football devient vital – clicfoot

Categories

Projet Yakar: quand le football devient vital

Projet Yakar: quand le football devient vital

A Thiaroye, banlieue défavorisée de Dakar, le football est plus qu’un sport, c’est un véritable exutoire pour les enfants de l’école ADE où est né le projet Yakar pour améliorer leur quotidien en les aidant à développer cette activité si importante pour eux. Des maillots spécialement conçus leur ont été distribués. Un documentaire a été réalisé sur la vie de ces enfants et leur relation avec le sport. Zoom sur les prémices d’un magnifique projet humanitaire.

Suite à cette annonce

Les débuts du projet Yakar

Les débuts du projet Yakar

Tout a commencé en 2015, lorsque Jonathan Szwarc, qui travaillait alors chez Nike France, s’est lancé dans une mission humanitaire au sein de l’école ADE (Avenir et Développement de l’Enfant). Fondée en 2004 par Djibril Sané, qui n’a pas eu l’opportunité d’aller à l’école plus jeune et avait promis de permettre aux générations futures d’accéder à l’éducation, cette école accueille chaque année 500 enfants. Lire aussi : Nicolas Holveck (Président de Rennes): "Cela a dépassé le cadre du football".

Une promesse pleine d’espoir

Lors de cette mission humanitaire dans la banlieue de Dakar, Jonathan Szwarc a découvert une autre facette du football: «Nous savons tous, et malheureusement c’est vrai, que de nombreux jeunes jouent au football pour devenir des professionnels et sortir leur famille de la pauvreté. D’un autre côté, il y a autre chose dont nous parlons très peu: le football a un rôle très important pour les enfants. Il leur permet de s’évader, d’oublier les difficultés scolaires et quotidiennes en plus d’avoir un rôle très important sur leur entourage proche et notamment leurs parents qui savent que quand ils jouent au football, ils ne sont pas dans la rue à faire des bêtises. Encore plus difficile, le football a également un impact marqué sur ses enseignants, qui ont du mal à créer des liens en classe car il y a tellement d’élèves et, culturellement parlant, ce n’est pas leur rôle principal. Une fois sur le terrain, tout est différent, un lien se crée et derrière lui, il est plus facile pour les enseignants de transmettre leurs connaissances. Cette rencontre avec ces enfants et Djibril Sané donnera naissance à un rêve pour Jonathan Szwarc: donner plus que son temps à ces enfants en les aidant de manière concrète.

Dans les coulisses de Yakar

«Yakar» signifie espoir en wolof, qui est le dialecte le plus parlé au Sénégal. Pour cette raison, au terme de sa mission humanitaire, Jonathan Szarc s’engage à aider ces écoliers et en 2019, l’espoir est né avec le lancement du projet. «Je suis allé voir un ami designer avec qui j’ai travaillé chez Nike. Je lui ai dit que mon rêve serait de concevoir des maillots de bain spécialement pour ces enfants avec des messages dessus. L’objectif est de les diffuser et de documenter le résultat in situ », explique Jonathan Szwarc, qui a vu son rêve se réaliser grâce à Jérémie Boeglin, fondateur du studio de design Midi: Quinze et Laura Jovelin, qui en est la directrice artistique, qui ont passé de longs mois à concevoir le maillot de bain qui a des messages cachés que les enfants devront découvrir en grandissant. Dans le logo, qui est au cœur, il y a un lion, qui est le symbole du Sénégal. La crinière de ce lion est faite d’un symbole africain qui signifie «force». Le drapeau sénégalais est présent sur la manche droite. Enfin, au dos de la chemise, on retrouve la phrase « Tout est possible » (tout est possible) dont la police tire sa lettre de l’alphabet wolof. C’est une expression utilisée par la star du pays, Sadio Mané.

«L’aide humanitaire en général n’est jamais très créative. Je me suis dit que si je pouvais présenter cette chemise de manière créative, je pourrais répondre au manque de matière pour ces enfants, mais aussi inspirer les gens à Paris ou en Europe à avoir l’air humanitaire. C’est pourquoi le maillot doit pouvoir être porté même en dehors du terrain », explique le fondateur du projet Yakar. Pour mettre en valeur ce maillot de bain « lifestyle », des séances photos ont eu lieu à Paris avec Karl Hab et Bishop Nast. 150 maillots sont en vente chez Pro Direct Soccer.

«Une fois que tout va bien pour les maillots, c’est le parcours du combattant. Je commence à chercher des fonds pour payer le voyage, le matériel et je trouve aussi les talents pour venir documenter, filmer, photographier, mettre de la musique, etc. Pendant plusieurs mois, j’ai cherché les bonnes personnes. Le problème est que le Covid a été là. Nous n’avons pas pu partir pendant des mois car il fallait trouver la bonne fenêtre pour quitter la France, aller au Sénégal et faire aller les petits à l’école en même temps. Il n’a pas été gagné car il a été fermé pendant 8 mois en raison de la pandémie mondiale. En novembre, quelque chose d’incroyable s’est produit: nous avons pu quitter la France entre les deux accouchements et l’école a rouvert à Dakar le 14. Nous y sommes donc arrivés le 15 où nous sommes immédiatement. Nous sommes allés distribuer les maillots avec les réalisateurs Tom Weber et Nelson. Coulhon. Ma rencontre avec eux a été décisive et a vraiment amené le projet dans une autre dimension. Ils m’ont accompagné à Thiaroye, ils ont passé 3 mois de leur vie dans ce projet entre préparation, tournage et montage pour montrer l’impact du football sur les enfants. L’objectif est de montrer cette facette du sport et du football que nous ignorons souvent », déclare Jonathan Szwarc.

Le projet Yakar est une véritable mission d’équipe. Si Jonathan Szwarc était votre «réalisateur», rien de tout cela n’aurait été possible sans les talents créatifs de Tom Weber, Nelson Coulhon, Karl Hab, Bishop Nast, ainsi que Jérémie Boeglin et Laura Jovelin. L’espoir est né grâce à tous ces talents de différents secteurs qui ont uni leur savoir-faire.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap