Une équipe féminine s’entraîne en culotte pour dénoncer les inégalités dans le football – clicfoot

Categories

Une équipe féminine s’entraîne en culotte pour dénoncer les inégalités dans le football

Une équipe féminine s'entraîne en culotte pour dénoncer les inégalités dans le football

LE SCAN SPORT – Les joueurs du Cercle Paul-Bert Bréquigny, club de la métropole rennaise, ont suivi un entraînement minimal pour protester contre le manque de fonds accordés au football féminin.

Une équipe féminine en maillot de football violet qui tombe juste au-dessus de leurs cuisses, jouant sans short ni chaussettes: les quelques spectateurs sur le terrain ont dû se frotter les yeux en voyant les joueurs du Cercle Paul-Bert Bréquigny s’entraîner dimanche, pour une température fraîche avec équipement réduit à sa plus simple expression.

Les filles de ce club breton ont voulu célébrer l’occasion avec ce clin d’œil, à la veille du 8 mars, journée internationale des droits des femmes, pour protester contre les différences de traitement quotidien entre hommes et femmes dans le football. Car en Coupe de France, lorsque l’équipe masculine reçoit un ensemble complet de chaussettes, shorts et maillots, les filles n’ont droit qu’au strict minimum: un maillot.

Un clin d’œil pour que les choses se passent

Un clin d'œil pour que les choses se passent

L’équipe phare de la métropole rennaise, qui évolue en division régionale, a donc décidé de prendre la parole de la Fédération française de football en évoluant avec la tenue minimaliste proposée, un maillot simple auquel, pourtant, ils ont ajouté un paire de pantalons et chaussures. C’est donc avec cet ensemble unique, mais avec le sourire, que les footballeurs ont botté le ballon. Voir l'article : Les défis du football français en crise: comment redonner de l'émotion au public. Comme le sommet est généralement plus long pour les femmes, heureusement, le tournage n’a pas créé de situations gênantes pour les quelques personnes qui peuvent être en bordure du terrain.

«Notre président Jean-Marc Drouin est le premier à constater que les garçons sont mieux équipés et ne reçoivent évidemment pas le même soutien. Il nous soutient et fait beaucoup pour donner une vraie place au football féminin », a glissé Manon Eluère, l’une des joueuses, à Ouest-France, qui a rapporté la nouvelle. Une opération de poinçonnage engageante qui nous rappelle que si le football s’est efforcé d’améliorer le confort des joueurs, il reste encore un petit chemin à parcourir pour atteindre le stade de la parité.

Confidentialite - Conditions generales - Contact - Publicites - Plan du site - Sitemap